Namur

Conseil Communal du 26 avril 2018
Dorothée Klein

Monsieur le Bourgmestre,
Mesdames et Messieurs les Membres du Collège et du Conseil communal,

Le groupe cdH se réjouit de co-signer, ce soir, avec l’ensemble des groupes, la Motion relative à Namur, Ville Hospitalière, Responsable, Accueillante et Ouverte.

Au nom du groupe cdH, je souhaite remercier particulièrement les membres du Collège, du Conseil et surtout des associations qui se sont investis, au cours de plusieurs réunions, dans la rédaction et l’amélioration d’un texte qui reflète bien :

  • les efforts importants déjà consentis par la Ville en matière d’accueil des nouveaux arrivants et des plus vulnérables, d’une part,
  • et la vitalité et le dynamisme du tissu associatif, d’autre part.

Je m’en voudrais de ne pas épingler à cet égard deux exemples illustratifs de cet accueil et ouverture :

  • Namur a signé, dès le 30 mai 2013, la Charte pour l’Égalité des chances dans les communes, qui a été rédigée à l’initiative d’une membre de notre assemblée, Eliane Tillieux, dans le cadre de ses charges ministérielles antérieures, qui reste un instrument particulièrement utile en la matière ;
  • Namur s’est illustrée et continue à s’illustrer, depuis septembre 2015, dans la qualité de l’accueil qu’elle a réservé et continue à réserver aux réfugiés dans le Centre de la Croix-Rouge, à Belgrade, grâce à l’action du Collectif des citoyens solidaires, avec le soutien de la Ville. (Même si l’avenir de ce Centre est malheureusement menacé, ce qu’on peut regretter).

En effet, signer une charte, c’est bien ; mais mettre en pratique ses principes, c’est encore mieux.

Conseil Communal du 22 février 2018
Dorothée Klein

Monsieur le Bourgmestre,
Mesdames et Messieurs les Membres du Collège et du Conseil communal,

Le groupe cdH demande, ce soir, avec les groupes Ecolo et PS, à Monsieur le Bourgmestre de transmettre aux responsables fédéraux compétents la motion qu’il cosigne. Cette motion invite :

  • d’une part, le Parlement fédéral à rejeter le projet de loi relatif aux visites domiciliaires à l’égard des migrants et des personnes qui les hébergent
  • et, d’autre part, le Gouvernement fédéral à reconsidérer sa position au regard des différents avis émis par le Conseil d’Etat, l’ordre des avocats, l’association syndicale de la magistrature et différentes associations (CNCD, Ligue des droits de l’homme, Ciré…)

Conseil Communal du 14 décembre 2017
Point 18 : Règlement général de Police : mendicité – modifications

Anne Oger, cheffe de groupe cdH

Un bref rétroacte : après une interdiction partielle et temporaire de la mendicité qui a fait couler beaucoup d’encre en juin, le Collège crée un nouveau groupe de travail, pour associer un maximum d’acteurs, dont certains des principaux intéressés.

Nous nous retrouvons donc à une trentaine autour de la table.
Il est vrai que les associations spécialisées dans la lutte contre les assuétudes et la santé mentale ne sont pas directement présentes, mais certains d’entre nous peuvent servir de relais .
Notons aussi la présence d’un membre d’UNIA, un service public indépendant de lutte contre la discrimination et pour la promotion de l’égalité des chances.

Nous nous réunirons à 4 reprises, y compris en juillet-août, période dite « de vacances », pendant plus de 8 heures.
Un regret : un représentant de l’opposition a quitté la table après la première réunion...

Dire qu’il était facile de débattre à 30, avec chacun nos certitudes ou, à tout le moins, nos avis sur le sujet, ce serait mentir. Le climat était parfois tendu…
Mais cela nous a permis en direct, et non pas par médias interposés, d’exposer notre point de vue et d’écouter, à défaut de partager, celui d’autrui.

Conseil conjoint Ville-CPAS du 19 octobre 2017

Anne Oger, cheffe de groupe cdH

Soutenir la personne qui vieillit chez elle, assurer sa prise en charge pour éviter un handicap social, relève d’une responsabilité collective. le service d’accompagnement pour le maintien à domicile et les repas à domicile a donc toute sa raison d’être, il joue un rôle prépondérant, particulièrement au niveau de la prévention.

Cinq points ont retenu mon attention : l'information, l'évaluation des besoins, le suivi, la communication et l'évaluation.

Conseil conjoint Ville-CPAS du 19 octobre 2017

Anne Oger, cheffe de groupe cdH

Ce conseil conjoint Ville/CPAS n’est pas comme les autres.
C’est la première fois qu’il a lieu, de façon pleine et entière, sans être suivi d’un conseil communal traditionnel.
Une façon de marquer le coup à plus d’un titre, ce que notre groupe souhaitait depuis longtemps.
La politique sociale est, en effet, une priorité pour notre Ville qui y consacre plus de 13 % de son budget ordinaire, soit le second poste en matière de dépenses, après celles liées aux ressources humaines : il aurait donc été dommage de ne pas la placer au centre de nos débats.
De plus, les conseillers CPAS qui travaillent toute l’année dans l’ombre ont ainsi l’occasion de s’exprimer plus longuement, afin que nous puissions mieux saisir la portée de leur engagement.

En ce qui concerne les quatre objectifs prioritaires de la Ville mentionnés dans la note de politique sociale de 2015, il est à noter qu’ils ont encore été renforcés durant ces douze derniers mois.