Namur

Le Groupe cdH à la Ville de Namur dénonce la fermeture de 17 maternités et particulièrement la plus proche, celle d'Auvelais, en lien avec le CHR.

Le cdH dénonce aussi la brutalité de l'annonce, puisque le personnel soignant concerné a apparemment appris l'information par la presse. Les inquiétudes sont légitimes. Du côté des soignants mais aussi des futures mamans.

Après la décision, voici quelques années, de réduire la durée du séjour en maternité, le cdH relève que la mesure touche à nouveau en priorité les femmes, en tant que patientes et professionnelles, ainsi que les plus vulnérables, soit les enfants.

Le rapport du Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) et la ministre n’ont examiné la situation des maternités que sur base des accouchements. C’est donc oublier une part non-négligeable du reste du travail réalisé : le suivi en consultation des femmes enceintes, l’accompagnement pré et post-natal, le suivi rapproché des grossesses à problèmes,... Les futures mamans doivent parfois se rendre plusieurs fois par semaine à la maternité pour un suivi rapproché. Leur dire qu’elles n’auront qu’à aller plus loin et se débrouiller, c’est brutal et inopportun.

Enfin, la fermeture des maternités risque d’entraîner celle de services de gynécologie, de néonatalogie et de pédiatrie. Evidemment, cette mesure concerne un autre niveau de pouvoir que le nôtre, ici, à la Ville de Namur. Le cdH soutient néanmoins la Motion soutenue par l’ensemble du Conseil, face à la brutalité de l'annonce qui, si elle se confirmerait, aurait inévitablement des répercussions sur les maternités namuroises. En voici l’extrait final :

Le Conseil « (…) sur proposition du Collège du 21 janvier 2020,

  • S’oppose avec la plus grande des fermetés à la fermeture de la maternité sur le territoire de l’arrondissement. (…)
  • Invite le Gouvernement fédéral à considérer le rôle social, de proximité et public que joue la maternité d’Auvelais auprès de la population de son bassin de vie et pas uniquement sa rentabilité financière.
  • Charge Monsieur le Bourgmestre de transmettre cette motion à Monsieur le Président de la Chambre, à Madame la Première Ministre, à Madame la Ministre des Affaires sociales et de la Santé publique ainsi qu’aux différents Chef.fe.s de groupes parlementaires et Président.e.s de parti. »