Namur

« En l'espace de 20 ans, les maisons à Namur ont vu leur prix augmenter de 158 % passant de près de 84 000 euros en 1997 à près de 217 000 en 2017. »

Cette phrase, extraite du Profil local de santé qui nous a été présenté, le 22 octobre dernier, lors du Conseil communal CPAS conjoint, résume, à elle seule, l'ampleur du défi pour permettre à chaque Namurois et Namuroise à trouver un logement sain en adéquation avec ses besoins.

Pour garder sa population ou mieux la voir croître, Namur doit avoir une offre de logement qui rencontre ses attentes avec une attention particulière pour les personnes les plus précarisées et vulnérables, mais aussi pour les classes moyennes et les jeunes familles.

Il faut aussi une politique qui tienne compte des évolutions de société, des demandes particulières des familles au pluriel, soit des familles monoparentales, des familles recomposées...

Forte d'une trentaine de pages, la déclaration de politique du logement qui nous est présentée aujourd'hui atteste de la volonté du Collège de relever le défi.

Le groupe cdH se réjouit de la continuité des actions menées ou entamées sous la précédente législature, particulièrement celles qui semblent les plus prometteuses.

Le vote du Programme stratégique et transversal (PST) était à l’ordre du jour du Conseil communal ce 3 septembre. Le cdH a adressé ses plus vives félicitations à toutes celles et tous ceux qui ont contribué à sa rédaction, spécialement à l’administration : 37 objectifs stratégiques avec des indicateurs budgétaires, 122 objectifs opérationnels déclinés sur 175 pages, ce n’est pas rien.

On peut se réjouir de vivre dans une Ville qui a ainsi le souci de développer une vision stratégique et transversale qui transcende les nombreux cloisonnements entre les différents services, départements et cabinets, qui constitue également un véritable tableau de bord traduisant la Déclaration de politique communale.

Le groupe cdH souscrit évidemment aux objectifs de faire de Namur :

  • une Ville participative et intelligente,
  • soucieuse de réduire son empreinte écologique,
  • encore plus créatrice d’emplois, plus attractive économiquement en soutenant le commerce, notamment,
  • plus mobile,
  • plus solidaire et hospitalière avec une attention particulière à des logements accessibles en nombre et financièrement…

Le groupe cdH se réjouit de l’attention portée à la qualité du cadre de vie afin que chacun et chacune puisse se sentir fier et fière d’être Namurois·e. Nous suivrons, par exemple, avec attention les réflexions portant sur l’opportunité d’étendre le piétonnier.

La section locale du cdH condamne avec force
les propos sexistes tenus
par un conseiller communal PTB
à l’égard d’une de ses collègues cdH

Un Conseiller communal PTB s'est récemment fendu d'une insulte sexiste, dans un post public, à l'égard de notre conseillère cdH Dorothée Klein. La section locale du cdH de Namur tient à exprimer son total soutien à Dorothée Klein, victime directe de cette insulte. Nous prenons acte de la prise de conscience (tardive) de l’intéressé et de sa volonté de démissionner du Conseil communal de Namur. Le cdH de Namur souhaite rappeler à cette occasion que les réseaux sociaux sont des espaces publics et qu’à ce titre les propos qui y sont tenus engagent la responsabilité de leurs auteurs.

Les propos tenus sont extrêmement violents. Le cdH tient à rappeler qu’il y a des limites. Même en campagne, si on peut s’affronter sur des idées, on ne s’attaque pas aux personnes.

Le cdH rappelle que nul n’est censé ignorer la Loi, d’autant plus quand on a juré de la respecter en tant qu’élu​[i]​.

Depuis 2014, la loi dite « anti-sexisme » permet de poursuivre pénalement l’auteur·e de « tout geste ou comportement » qui, dans des circonstances publiques, « a manifestement pour objet d’exprimer un mépris à l’égard d’une personne, en raison de son appartenance sexuelle », ou de la considérer comme inférieure, ce « qui entraîne une atteinte grave à sa dignité ».

Le cdH soutient sa conseillère communale qui a déposé plainte à la Police et saisi l’Institut pour l’égalité des femmes et des hommes​. ​Le cdH souhaite se constituer partie civile et réclamer la réparation du dommage.

Il ne peut passer sous silence des propos qui alimentent les discriminations et nourrissent les violences à l’égard des femmes.

« Dans les discussions, les injures sont les raisons de ceux qui ont tort »
Fénelon

[i]​ La loi du 22 mai 2014 tendant à lutter contre le sexisme dans l’espace public et modifiant la loi du 10 mai 2007 tendant à lutter contre la discrimination entre les femmes et les hommes afin de pénaliser l’acte de discrimination, a été publiée au Moniteur belge du 24 juillet 2014.

Une meilleure protection des enfants de parents séparés

La Ville de Namur s’adapte à la réalité des nouvelles familles : Vincent Maillen, conseiller communal cdH, a déposé, ce 21 mars, au Conseil communal, une motion communale relative à la résidence des enfants de parents séparés.

De plus en plus d’enfants vivent, en effet, avec des parents qui se sont séparés dans le cadre d’un hébergement dit « partagé ». Depuis le 15 février 2016, en cas d’hébergement partagé, le parent hébergeur, à savoir celui auprès duquel le mineur n’est pas inscrit à titre principal, a le droit de demander à sa commune de mentionner dans les registres de population que son enfant réside chez lui de temps en temps ou la moitié du temps.

Mais peu d’enfants de parents séparés sont inscrits depuis de la sorte dans les registres de population (178 en province de Namur).

La commune n’a effectivement pas d’obligation d’inscrire automatiquement ces enfants dans le registre de population ni d’informer les parents hébergeurs du droit dont ils disposent.

Or, l’inscription de ces enfants par les autorités communales dans un registre de seconde résidence est très utile, d’abord, pour des raisons de sécurité, mais aussi pour faire profiter les enfants concernés des éventuels mêmes avantages que les autres enfants.

Le cdH a donc demandé au Collège d’assurer une information sur la possibilité, pour un parent hébergeur, de mentionner un hébergement partagé en cas de séparation ou de divorce dans les registres de la population ou les registres des étrangers, telle qu’elle est prévue à l’article 1er de l’arrêté royal du 16 juillet 1992, ainsi que d’en informer le service communal Population-Etat Civil.

Intervention très digne de deux jeunes de Youth for climate, Brieuc et Augustin, ce jeudi 21 février, en ouverture du Conseil communal.

 

 

Dans la foulée et à la demande du groupe cdH, le Collège a dressé un inventaire des nombreuses mesures prises sous l’ancienne législature :

  • Plan Climat-énergie,
  • développement du photovoltaïque sur des bâtiments publics,
  • voitures partagées,
  • multiplication par cinq des cyclistes namurois…)

Les premiers projets de la nouvelle législature en la matière ont également été annoncés, comme le projet d’alimentation durable et circuits courts notamment dans les écoles avec le Green Deal (initiative portée par le cdH au niveau de la Région wallonne), ou les prochains « jeudis du climat » dans les écoles secondaires, un projet participatif qui permettra aux jeunes de co-construire des initiatives durables pour lutter contre le réchauffement climatique.

Le Conseil communal a aussi adopté une Motion de soutien à la jeune génération Youth for climate et aux initiatives pédagogiques favorisant l’éclosion d’acteurs conscients et responsables face à cet enjeu.


  

Prononcée par Monsieur le Bourgmestre Maxime Prévot,
le lundi 3 décembre 2018
au nom de la majorité communale CDH-ECOLO-MR

Mesdames et Messieurs, chers collègues,

Chers membres de ce nouveau conseil communal,

Chers Namuroises et Namurois,

Un nouveau cycle de six ans débute ce soir. Six années durant lesquelles nous allons pouvoir travailler ensemble en faveur de la bonne gestion de notre Ville et surtout en faveur de la qualité de vie de tous les Namurois.

Le scrutin du 14 octobre dernier aura rebattu les cartes de cette assemblée. Au bonheur des uns et au malheur des autres, c’est selon. De nouvelles formations politiques font à présent leur entrée au conseil communal, à savoir DéFI et le PTB. Qu’elles en soient félicitées, puisque les sièges obtenus sont le reflet de la volonté exprimée par un certain nombre de citoyens. Gageons que le travail que nous pourrons mener, avec vous comme avec le PS, sera de nature constructive dans l’intérêt des Namurois(es).

Si notre majorité communale est sortie des urnes consolidée avec une représentativité électorale de 60% des votes exprimés et 31 sièges sur 47, ses rapports de force internes ont été modifiés. Ce qui, par contre, n’a nullement été modifié ni même altéré d’une quelconque manière, c’est la volonté de cette tripartite CDH-ECOLO-MR de donner le meilleur d’elle-même pour servir les intérêts de Namur et de tous ses habitants. Grâce à la confiance que les Namurois m’ont accordé une nouvelle fois en masse, à la bonne tenue voire le progrès de la majorité de nos formations et à la reconduction logique de notre attelage tripartite, nous allons pouvoir mettre en œuvre le projet de ville cohérent et durable sur lequel nous travaillons depuis plusieurs années, et concrétiser le bon aboutissement d’une série de chantiers, tantôt de grande ampleur tantôt moins, que nous avons initiés. Dans l’expression de leurs votes, les Namurois ont clairement dit qu’ils adhéraient à cette dynamique que j’ai le plaisir d’impulser et à la vision de la ville qu’ensemble, nous mettons en œuvre avec enthousiasme et conviction depuis douze ans.

Vu les engagements européens et internationaux pris par la Belgique pour le respect des droits fondamentaux des personnes et en particulier des plus vulnérables ;

Vu les engagements pris par la Belgique pour le respect des droits fondamentaux des personnes et en matière de protection des réfugiés (Convention de Genève de 1951, Déclaration universelle des droits de l'homme, Convention européenne de sauvegarde des droits de l’homme, Pacte international relatif aux droits économiques, sociaux et culturels) ;

Vu l'article 23 de la Constitution belge garantissant à chacun le droit de mener une vie conforme à la dignité humaine et de jouir de droits économiques, sociaux et culturels ;

Vu les législations fédérale, régionale et communautaire en matière de lutte contre les discriminations, notamment, le décret wallon du 6 novembre 2008 relatif à la lutte contre certaines formes de discrimination;

Vu les engagements de la Belgique, par son gouvernement fédéral, en matière de relocalisations et de réinstallations ;

[...]

La Ville de Namur s’engage à :

Pour lire le texte complet de la Motion (au format pdf)  cliquez
ici


 

Considérant le fait que la Commission de l’intérieur de la Chambre a examiné ce mardi 23 janvier 2018 le projet de loi qui autorise les visites domiciliaires en vue d’arrêter une personne en séjour illégal ;

Considérant le fait que la loi reconnaît déjà aux forces de sécurité le droit d’intervenir et de contrôler toute personne susceptible de nuire à l’ordre public ;

Considérant que le projet de loi vise à modifier la loi de telle sorte qu’une visite domiciliaire, qui est en réalité une perquisition, soit autorisée en vue d’arrêter une personne en séjour illégal;

Considérant qu’une perquisition, fût-elle dénommée visite domiciliaire, ne peut être autorisée que dans le cadre d’une instruction au cours de laquelle les personnes intéressées disposent du droit de demander l’accès au dossier et des actes d’instruction complémentaires, et se voient reconnaître des garanties supplémentaires pour protéger les droits de la défense.

Considérant que la disposition du projet de loi qui vise à autoriser le juge d’instruction à ordonner une perquisition sans ces garanties, en dehors d’une instruction, porte une atteinte discriminatoire au droit au respect de la vie privée et au droit à l’inviolabilité du domicile.

Considérant que la Cour constitutionnelle, dans son récent arrêt 148/2017 du 21 décembre 2017 censure certaines dispositions de la loi pot-pourri II, et annule précisément la possibilité de procéder à une perquisition via une mini-instruction en ces termes :

Bourgmestre

Maxime PREVOT

Hôtel de Ville
5000 Namur
Tél. 081 / 24.69.04
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.maxime-prevot.be
www.facebook.com/prevotmaxime

 

Échevins  

Tanguy AUSPERT

Échevin du Patrimoine et de la Gestion interne
Hôtel de Ville
5000 Namur
Tél. 081/24.69.32
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Stéphanie SCAILQUIN

Échevine de l'Urbanisme, de l'Attractivité urbaine et de l'Emploi
Hôtel de Ville
5000 Namur
Tél. 081/24 69 92
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.stephanie-scailquin.be
www.facebook.com/stephaniescailquincdh
twitter.com/StefScailquin

 

Baudouin SOHIER

Échevin du Bien-être et des Relations humaines
Hôtel de Ville
5000 Namur
Tél. 081/24.69.62
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Conseillers communaux           

Anne OGER

(Présidente du Conseil Communal)
rue de Jausse, 5
5100 Naninne
Tél. 0486 / 75.73.23
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.anneoger.be

 

Dorothée KLEIN

(Cheffe de groupe)
chemin de Morivaux, 3
5001 Belgrade
Tél. 0478 / 87.20.53
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.facebook.com/dorothee.klein.50
twitter.com/DorotKlein
www.linkedin.com/in/dorothée-klein-8a349011

 

Charlotte BAZELAIRE

Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Christophe CAPELLE

5020 Vedrin
Tél. 0471 / 89.91.98
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Cécile CREVECOEUR

Rue Charles Bouvier, 114
5004 Bouge
Tél. 478 / 47.00.66
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.cecilecrevecoeur.be
www.facebook.com/cecile.crevecoeur.9

 

Véronique DELVAUX

Avenue Parc d’Amée, 40
5100 Jambes
Tél. 0479 / 79.44.34
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

David FIEVET

Rue des Roses Trémières, 33
5020 Vedrin
Tél. 0471 / 10.03.99
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Vincent MAILLEN

Chaussée de Louvain, 739
5020 Champion
Tél. 475 / 50.05.64
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Patrick MAILLEUX

Rue de Frizet, 40
5020 Vedrin
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Franco MENCACCINI

Chaussée de Dinant , 1/2
5000 Namur
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Gwendoline PLENNEVAUX

Rue de Maizeret , 29
5101 Loyers
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

Anne-Marie CISTERNINO - SALEMBIER

5100 Wépion
0475 / 59.00.20
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
www.facebook.com/annemarie.salembier.52