Namur

Trottinette : respect, s’il vous plait !

La trottinette qu’elle soit électrique ou pas, qu’elle soit en libre-service ou achetée à titre personnel, est un véritable engin de mobilité. Mais pour que ses atouts ne soient pas ternis par un mauvais usage, il convient de rappeler que, comme tout moyen de locomotion doit être utilisé avec respect : du code de la route ; et des autres usagers !

Le jeudi 16 mai dernier, la Ville de Namur accueillait ses premières trottinettes électriques en libre-service. Elles ne sont pas les seules à circuler à Namur, véritable nouvel engin de mobilité, de plus en plus de personnes les achètent à titre privé. Il est vrai qu’elles répondent à ce fameux défi « du dernier kilomètre ». Mais il est vrai aussi qu’elles peuvent déranger : vitesses excessives, parking inapproprié, vandalisme, comportements inadaptés…

L’électrique et le libre-service bénéficient en plus d’un effet de mode et remportent donc plus de succès, comme dans d’autres grandes villes. La Ville de Namur a donc souhaité encadrer ce moyen de locomotion.

D’abord en s’adressant aux sociétés qui fournissent ces trottinettes. Une charte leur a été proposée avant leur installation dans la Ville. Les deux sociétés qui se sont implantées à Namur l’ont signée. Dans cette charte, outre quelques rappels du Code de la route, la Ville précise le statut particulier de Namur en ce qui concerne son piétonnier par exemple ou ses Fêtes de Wallonie. La Ville y a également imposé que les trottinettes soient bridées à 18 km/h, ce qui ne peut être rendu obligatoire aux propriétaires privés.

Ensuite, la Ville souhaite s’adresser aux utilisateurs. Qu’il s’agisse d’usagers qui ont investi dans ce moyen de locomotion ou d’autres qui louent des trottinettes de façon plus occasionnelle, les conseils d’usage et rappels du Code de la route s’imposent. C’est pourquoi, afin de veiller sur la sécurité de chacun, une action de sensibilisation en partenariat avec le SPW ainsi que les opérateurs de trottinettes partagées se tiendra le mercredi 25 septembre sur la Place de la Wallonie.

Helecine, 12 juin 2019, la Vitrine des artisans, concours national de promotion de l’artisanat, remettait ses prix en présence des 10 Lauréats dont 2 namurois réunis au château d’Helecine et des représentants des villes participantes à cette nouvelle édition.

Namur repart avec deux récompenses « Vitrine de l’Artisan ». La Ville a reçu le trophée régional pour son soutien aux artisans et le parfumeur Romain Pantoustier avec son concept NeZ ZeN repart avec le prix Coup de cœur du Jury.

Stéphanie Scailquin, Echevine de l’attractivité urbaine a pu s’exprimer lors de la cérémonie. « Ce prix concrétise nos efforts en matière de commerce mais rien n’aurait été possible sans nos artisans. Promouvoir l’artisanat local est primordial et je pense qu’à Namur, celui-ci a de l’avenir. Si l’artisanat me tiens tant à cœur c’est parce qu’il représente pour moi, l’expression de la créativité des personnes qui nous entourent. C’est une rencontre entre un créateur et son public, entre l’authenticité et la durabilité, c’est une manière de vivre. Participer à ce concours fut aussi une belle expérience humaine. J’ai été très heureuse de rencontrer nos 2 finalistes namurois. Ils réalisent un travail formidable et je suis certaine qu’ils ont un bel avenir devant eux ! »
Ce prix est l’occasion pour l’Echevine de rappeler différentes actions portées par la Ville sur Namur.

GO TO SUMMER, 3ème édition, c’est parti !

Avec plus de 20 partenaires, la Ville de Namur invite cette année encore les élèves du secondaire à goûter au cocktail GO TO SUMMER qui mélange subtilement fête et respect de l’autre…

En 2016, 5 000 jeunes se sont réunis sur le Grognon ; en 2017, ils étaient presque 6 000 sur la place des Casernes. Une réussite pour la Ville et la vingtaine de partenaires qui ont construit l’événement Go To Summer. Le succès est d’autant plus grand qu’au-delà du succès du nombre de jeunes présents au rendez-vous, le pari de « faire la fête autrement » a été tenu !

Pour 2018, on prend les mêmes ingrédients et on recommence !

Ce sera le 21 juin, de 13h à 19h, sur la place des Casernes.

Go to summer souhaite encore une fois féliciter les jeunes étudiants du secondaires pour la fin de leurs examens en leur proposant de faire la fête autrement.

MAIS Go to summer, c’est bien plus que de l’occupationnel, ou un jour d’animation unique, c’est un concept. Tu as fini tes examens, félicitations ! Mais faire la fête signifie aussi respect de soi et des autres. Go to summer c’est la prévention sur le long terme et une multitude de partenariats noués autour de ce projet et qui perdure au fil de l’année.

Pas de devoirs ce 25 avril après-midi pour les élèves des écoles des devoirs namuroises. L’après-midi était consacrée à faire la fête aux bénévoles qui animent ces écoles pas comme les autres. L’occasion pour la Ville de Namur et pour les enfants de les remercier chaleureusement !

La Ville de Namur gère 7 écoles de devoirs, une soixantaine de bénévoles s’y relaient, du lundi au vendredi après les heures d’école. Au total, 150 enfants sont inscrits et participent, selon leurs besoins, selon leurs possibilités aux activités proposées. Parce qu’à l’école des devoirs, on ne fait pas « que » des devoirs !

A l’école des devoirs, on joue aussi beaucoup ! On apprend aussi mais autour d’activités différentes comme lors de la préparation de ce spectacle de remerciement. Apprentissage, confiance en soi, développement personnel, voilà tout ce que les bénévoles apportent aux jeunes qu’ils encadrent dans les écoles des devoirs. Et, par là, c’est toute la Cohésion sociale d’un quartier qui est améliorée.

25 000 boîtes pour les aînés de Namur ! Elles sont gratuites et offertes par la Ville de Namur et elles peuvent sauver la vie.

La boîte dans le frigo, c’est bien plus qu’une boîte, c’est tout un dispositif. A la manœuvre, l’Echevine de la Cohésion sociale, Stéphanie Scailquin, le Conseil Consultatif Communal des Aînés, la Ligue Alzheimer et la Police locale et fédérale. A leurs côtés, de nombreuses associations d’aînés, le CPAS, les Services d’Aide et Soins à domicile, les Maisons médicales, l’Ordre des médecins, les Maisons de quartiers… bref : un assentiment de nombreuses forces vives actives dans le milieu médical, attentives aux aînés et tous convaincus d’une chose : cette petite boîte peut sauver des vies.

Cette action concerne tous les aînés namurois de + de 65 ans. La boîte dans le frigo est utile en cas de disparition inquiétante (si vous êtes atteint-e de la maladie d’Alzheimer ou souffrez de troubles de la mémoire, de désorientation) ou en cas d’accident domestique (une chute, un malaise).

#loveisrespect, une campagne CONTRE les violences et POUR plus de respect portée par l’Echevine Stéphanie Scailquin et le Service de Cohésion sociale de la Ville de Namur.

Le 25 novembre est la journée internationale de lutte contre les violences intrafamiliales. L’Echevine de la Cohésion sociale et de l’Egalité des chances, Stéphanie Scailquin, accompagnée de ses équipes, a souhaité que cette campagne soit particulièrement orientée vers les jeunes. La déferlante actuelle de hashtag (#) contre le harcèlement est une preuve, s’il en fallait encore une que les comportements de contrôle de l’autre, prise de pouvoir sur l’autre entraine une violence alors le respect devrait régner sur toutes les relations.

« Que ce soit en amour ou en amitié, le respect doit être au cœur des relations. Le harcèlement, les mots blessants, la violence est banalisée quand les mots d’amour, les remerciements et les moments positifs pourraient être plus souvent soulignés ».

Un nouveau frigo solidaire vient d’être inauguré à l’initiative de l’asbl Une Main tendue. Le projet a pu aboutir grâce au soutien financier de l’Echevinat de la Cohésion sociale de la Ville de Namur, Stéphanie Scailquin et de la Wallonie, Carlo Di Antonio.

Voilà un projet qui réunit l’aide alimentaire aux plus précarisés et la bonne gestion des surplus alimentaires. Le développement durable au service du développement humain. Tout un esprit !

Ces 3, 4 et 5 juillet, une centaine de marins ont navigué sur la Meuse à bord de « La Baquerolle », un bateau 100% handiaccessible…

A bord de La Baquerolle, tout le monde est dans le même bateau ! Spécialement aménagé pour accueillir des personnes moins valides, le bateau est 100 % handiaccessible. Des rampes spéciales et un plateau élévateur judicieusement construits dans le bateau permettent aux personnes en chaise ou se déplaçant avec une tribune ou une canne d’évoluer sur des terrains planes. Les aspérités sont marquées et des rampes sont installées pour guider les personnes malvoyantes ou aveugles. Une fois embarqués, la croisière peut commencer. Guides et explications touristiques sont adaptés pour tous les types de déficiences : traductions, sous-titrages, impressions en grands caractères. Chacun pourra aussi tenir la barre, un joystick a été inventé pour que la conduite puisse s’effectuer depuis une chaise ou par une personne déficiente mentale.

Les 6000 décibels ont été atteints !

La deuxième édition de GO TO SUMMER a rassemblé plus de 6 000 jeunes sur le site des anciennes Casernes de Namur ce jeudi 22 juin dernier. 

L’après-midi, organisée par le Service de Cohésion sociale de la Ville et l’asbl All Event, avait pour message principal :  « faire la fête autrement ». Comment ? Musique et animations au cœur d’un programme haut en couleur ! Les associations étaient nombreuses à se joindre à la fête et à proposer différents messages de sensibilisation : vie affective, alcool et drogue, conduite, responsabilités… D’autres étaient là pour proposer des animations surprenantes comme le big bag jump, le taureau mécanique, la voiture tonneau. Le clou de l’après-midi : la colorz party, sur le principe de la fête indienne qui veut que, chacun devenu multicolore devient l’égal de l’autre. Les pompiers ont assuré une part du spectacle en arrosant la foule à cause des températures un peu trop estivales. Au bar : l’eau a coulé à flots et gratuitement ; les softs ont été vendus moins cher que la bière, autorisée uniquement pour les plus de 16 ans.

En réponse aux questions et défis de l’intergénérationnel, l’événement «Carrefours des Générations » a été mis en place il y a déjà quelques années (2008) avec l’appui de la Fondation Roi Baudouin. Cette année, à l’initiative de l’Echevine de la Cohésion sociale, Stéphanie Scailquin, la Ville de Namur a souhaité encore une fois participer activement à cet événement, avec l’appui du service de Cohésion sociale, le soutien de la Province de Namur et de l’ASBL Courant d’Ages.

8 mars, Journée internationale des droits des femmes. Depuis trois ans, la Ville de Namur et la plate-forme Namur’Elles mettent le temps d’une semaine, les femmes et leurs droits sur le devant de la scène. Fil rouge de cette année : “Actives”. Expo, ateliers, conférences, rencontres, spectacles… autant d’activités qui ont décliné ce thème. Retour sur une mobilisation toujours actuelle.

Namur par son offre plurielle connaît une réelle dynamique immobilière et l’on ne peut que s’en réjouir ! Les initiatives privées (entreprises et citoyens) contribuent à l’ambitieux renouveau amorcé par la Ville de Namur à travers les divers projets structurants publics (Confluence, Grand-Manège, maison de la Culture, etc.). Ce renouveau permet l’émergence attendue d’une centralité renforcée et étendue, participant à une dynamique urbaine nouvelle pour promouvoir Namur comme une capitale politique et administrative. 

Ce dynamisme s’exprime pour des projets d’envergure qui touchent et servent l’intérêt général. Il est cependant important de souligner que plus de la moitié des demandes de permis d’urbanisme délivrés durant l’année écoulée (2016) concernent des projets de vie pour des particuliers comme des constructions, des rénovations ou extensions. 50 % des dossiers annuels traitent de la confortabilisation de logement comme c’est souvent le cas via une extension en vue d’y ajouter une chambre. Les autres types de permis octroyés concernent par exemple des enseignes de commerces (7 %) ou encore des démolitions (4%).

Les premiers logements nés du partenariat privé-public arrivent sur le marché immobilier namurois. Cette inauguration fait suite à l'engagement logement initié en 2015 par la Ville de Namur et répond à l’appel lancé par l’Union Wallonne des agences immobilières sociales. Le mardi 24 janvier 2017 à 11h, en présence des promoteurs et de Baudoin Sohier, Stéphanie Scailquin, Echevine de la Cohésion sociale, du Logement, de l'Urbanisme et de l'Egalité des chances inaugurerait les appartements prêts à être loués, Chaussée de Waterloo, à Namur.

Stéphanie Scailquin soutient le dynamisme des promoteurs qui mettent sur le marché des logements de toutes tailles. En parallèle, la Ville de Namur doit répondre à la demande de la Wallonie, sous peine d’être sanctionnée financièrement, et atteindre ces 10% de logements publics pour les personnes qui en ont besoin. L’enjeu de sa politique est bien à la fois de soutenir les investisseurs à Namur et en même temps, de faire de ces promoteurs des partenaires dans ce challenge du logement pour tous. Cette solution porte le nom d’Engagement logement.

Grâce à un subside provincial, la Ville de Namur a ouvert 4 haltes BBBus (Plomcot, Jambes, Hastedon et Balances).

Ces haltes s'occupent des bébés mais elles ont aussi un autre rôle, essentiel, pour les mères et les familles.

Certaines femmes, dans les quartiers se trouvent dans des situations précaires, dans des cercles sociaux restreints, s'excluant des quelques activités qui leur sont permises parce que leur bébé ne peut pas être accueilli, pour quelques heures même, par un tiers.